Télécharger gratuitement les 50 premières pages                                                    Commander le roman

Tome 2 : Eliote>>


A l’occasion de sa réédition, Odibo fait peau neuve !

L’histoire ne change pas, seule la couverture a été relookée !

Cliquez pour commander le livre

Réédition du Tome 1 : Novembre 2018 – format 14,8 cm x 21 cm – 285 pages

ISBN 978-2-9548294-0-1

Prologue

        Les premiers rayons du soleil couchant se reflètent en une myriade d’étoiles scintillantes sur les clapotis venant lécher la berge. Aux abords du point d’eau, la végétation aux reflets dorés ondule sous la brise estivale, dans des mouvements de vague d’où s’échappent des bruissements sourds d’herbe frôlée. Les chants des insectes avoisinants enveloppent l’atmosphère d’une mélodie monotone, douce et reposante. Les couleurs chaudes de fin de journée viennent peu à peu embraser le paysage. Une ambiance apaisante et sereine émane de ce tableau harmonieux. Dans ce monde, tout n’est que calme, bien-être et respire la joie de vivre.

Pourtant, la vie paisible de ses habitants se trouve bouleversée, depuis peu, par une terrible nouvelle qui vient de leur être annoncée.

Ils redoutent tous un grand malheur.
Cette plénitude est en danger.
Pour la première fois depuis la nuit des temps, ils se sentent vulnérables et impuissants.

Ils ont beau tourner le problème dans tous les sens, ils ne trouvent pas d’autre alternative, malgré leurs nombreux pouvoirs, que d’adopter la solution qu’ils redoutent depuis toujours : faire appel à l’autre monde.

Le regard perdu sur l’horizon du lac, une larme grise figée sous l’œil droit, la Bête éprouve une terrible angoisse. Elle repense à la situation imminente annoncée. Si les sentinelles ne se sont pas trompées, il ne lui reste que peu de temps pour contrer son tragique destin. La peur monte en elle. Des frissons nerveux parcourent son corps. Elle secoue la tête et frappe nerveusement le sol de sa patte. Des tourbillons d’étoiles dorées s’échappent sous son sabot.
La Bête se retourne lentement. Elle abandonne la vue paisible offerte par le lac. Elle baisse l’encolure et, les naseaux dilatés, laisse son museau frôler le sol. Elle se dirige vers les rochers d’où le Sage l’observe en silence, les deux mains appuyées sur sa canne tortueuse, le corps dissimulé sous une longue barbe blanche.
La Bête s’arrête à proximité du Sage. Elle le fixe de son regard affolé et perdu.
Le vieillard trouve ce moment opportun pour rompre leur silence.
     — Notre assaillant est puissant et redoutable. Il prépare son attaque depuis bien longtemps et semble avoir trouvé les moyens d’en sortir vainqueur. S’il ne t’est plus possible de faire appel à notre grand Maître et que nos pouvoirs sont inefficaces pour ta défense, il nous faut envisager ce que nous redoutons le plus.
      — N’est-il pas non plus trop dangereux de leur révéler que nous existons vraiment ?
     — Entre laisser notre monde se détruire ou le dévoiler pour le sauver, vois-tu une autre solution ? lui répond le Sage d’une voix au ton doux et réconfortant.

La Bête ne sait pas quoi proposer d’autre, face à ce cruel dilemme.
     — Mais qui appeler à l’aide ? demande-t-elle. Nous ne connaissons que peu de choses de l’autre monde, si ce n’est qu’ils sont très nombreux, en diverses peuplades aux individus d’âges variés et n’ont pas les mêmes principes de vie que nous.
     — Fie-toi à ton instinct, lui conseille le Sage. Rentre en contact avec l’un d’entre eux. Il t’amènera à connaître d’autres de ses semblables qui pourront nous venir en aide. Dès qu’ils seront dans notre monde, amène-les-moi. Je pourrai te dire si je crois en eux.
La Bête approuve la décision du Sage en effectuant une révérence majestueuse. Elle baisse l’encolure, allonge le cou au-dessus de sa patte tendue et frôle le sol de sa corne torsadée.

Les derniers rayons du soleil viennent caresser la surface du lac avant de disparaître dans un feu d’artifice aux couleurs jaunes orangées et rougeoyantes.
— 
Il se fait tard. Rentrons au village, annonce le Sage pour clore la discussion.
Joignant le geste à la parole, il s’extirpe tant bien que mal de son rocher et entame la marche d’un pas dandinant.

Son regard pétille de malice. Il semble satisfait de la riposte envisagée : faire intervenir ceux pour qui leur monde est mis en danger.
Mais la partie est loin d’être gagnée.
Sauront-ils déjouer les plans diaboliques de leur puissant Sorcier ?

Tome 2 : Eliote>>